Le PfPI : un outil d'analyse précieux pour le conseil

Installé à Quimper en Bretagne, le cabinet Ulbert & Sautreuil accorde beaucoup d’importance à la finesse de ses évaluations et utilise systématiquement des tests psychotechniques, que ce soit en recrutement ou en accompagnement et gestion de carrière. Ses fondatrices, Élodie Ulbert et Sophie Sautreuil, expliquent pourquoi elles ont choisi le PfPI, qui répond à leur niveau d’exigence.


Fondé en 2009, Ulbert & Sautreuil est un cabinet RH « volontairement généraliste », comme le précisent ses fondatrices, qui ont des formations complémentaires en psychologie sociale et en droit privé, avec pour chacune des parcours de plus de vingt ans en conseil RH. Le recrutement et l’évaluation représentent une part importante de leur activité, également consacrée au coaching, à la gestion de carrière et formation.

«La qualité du sourcing est aujourd’hui un enjeu important, ce qui nous amène à nous ouvrir à des profils aux parcours moins cœur de cible tout en veillant à détecter avec finesse les potentialités et ressources des intéressés» explique Sophie Sautreuil.

Pour répondre aux attentes de ses clients et à son propre niveau d’exigence, le cabinet a depuis l’origine fait appel aux tests. « Nous nous sommes tournées dès son lancement vers le PfPI, dont nous connaissions déjà les auteurs, » poursuit Élodie Ulbert, « et nous l’utilisons systématiquement, que ce soit pour le recrutement ou l’accompagnement et la gestion de carrière. Il permet de disposer d’indicateurs qui nous permettent de valider l’adéquation à la fonction mais aussi au contexte de l’entreprise. Il renforce notre mise en perspective, contribue à compléter notre analyse et finaliser notre conseil ».

Les clients sont d’autant plus satisfaits du résultat que le cabinet leur fournit un dossier complet relatif au profil du nouveau collaborateur afin que ce dernier soit accompagné dans sa prise de poste. « C’est une aide précieuse pour le recruté, mais aussi pour l’entreprise, » reprend Élodie Ulbert, « ce document reprend les points d’appui et insiste notamment sur ses zones de vigilance, les points à surveiller et à développer ».

Des candidats qui, même s’ils ne sont pas retenus, sont reconnaissants du temps qui leur est consacré, y compris pour la restitution qui est systématique. S’ils ne sont pas forcément surpris par les conclusions, ils sont souvent étonnés de la finesse de l’analyse. « Ils nous disent souvent : « vous avez capté tout cela ? », explique Sophie Sautreuil, « Avec le PfPI, nous faisons une restitution orale au candidat. Nous tenons à l’accompagner même si ça ne fonctionne pas. Nous avons une vraie culture de proximité et nous pouvons repositionner sa candidature et lui évoquer d’autres pistes voire un autre poste plus adapté ».


 

Vous souhaitez en savoir plus sur l'outil PfPI ? Contactez-nous !